Tous les articles par Juliette

NON au centre de renvoi du Grand-Saconnex: manifestation 3 octobre 14h

NON AU CENTRE DE RENVOI

MANIFESTATION

SAMEDI 3 OCTOBRE

14h place de la Navigation

 

Venez nombreux·euses et avec vos masques!

A visionner:

https://www.youtube.com/watch?v=VVaGGh34nMg

https://youtu.be/SRkREqMFxnY

NON AU CENTRE FÉDÉRAL DE RENVOI

La construction du centre fédéral de renvoi débute au Grand-Saconnex mais il n’est jamais trop tard pour renoncer à un projet inhumain.

Voici des années que des associations, des partis politiques, des habitantEs du Grand-Saconnex et même le Grand Conseil genevois s’opposent fermement à ce projet. Symbole d’une politique raciste d’inhospitalité, ce centre de renvoi prévoit 250 places pour les requérantEs d’asile “à expulser”. C’est là – dans un “centre” où les conditions “d’accueil” prévues sont de l’ordre de la semi-détention, voire pire – que les personnes requérantes relevant du domaine de l’asile se verront contraintes d’attendre le moment où leur expulsion sera jugée possible.

UN “ACCUEIL” CARCÉRAL

Le projet est imaginé comme un vaste complexe carcéral de renvoi. Au côté du centre fédéral d’une capacité de 250 places se dresseront les bâtiments de la police internationale et 50 places de détention administrative [1]. Le bâtiment du Centre Fédéral dispose d’un accès direct au tarmac et, comme dans une prison, d’une seule entrée. En son sein, les personnes sont confrontées à une discipline infantilisante et arbitraire : annonce obligatoire en entrant et en sortant, fouilles, punitions, prise d’empreintes digitales, impossibilité de conserver des denrées alimentaires et de cuisiner, une “aide” financière dérisoire qui ne sert qu’à les maintenir à disposition de la police en vue de leur renvoi et, comme seule perspective dite d’occupation, des travaux d’entretien du centre.

UNE POLITIQUE DE SÉGRÉGATION

Tout est également prévu pour que les requérantEs, ne se mêlent pas au reste de la population : demande d’autorisation à chaque sortie du centre, horaires restrictifs (9h-17h en semaine) rendant impossibles le travail et la vie sociale à l’extérieur, interdiction de recevoir des visites de ses proches, scolarisation des enfants à l’intérieur même du centre, etc. Le futur centre de renvoi sera par ailleurs coincé en périphérie de Genève, entre une bretelle d’autoroute et le tarmac de l’aéroport. En plus de l’exclusion géographique, vivre à quelques centimètres de la piste de l’aéroport entraîne des conditions de vie catastrophiques tant à cause des nuisances sonores que de la pollution de l’air. C’est dans ces conditions que l’on prévoit d'”accueillir” celles et ceux dont le seul crime est d’avoir fui les guerres ou la pauvreté.

Ces derniers mois, c’est sans étonnement, mais avec tristesse et colère que nous avons observé le fonctionnement des centres fédéraux construits ailleurs en Suisse (Giffers, Boudry et Embrach notamment). Les récits de violence, d’humiliation, de tabassage et d’impossibilité à être défendu correctement dans la procédure d’asile y sont légion ; nous offrant un avant-goût du traitement qui sera réservé aux requérantEs dans le centre de renvoi du Grand-Saconnex. Il faudra enfin compter avec les interdictions systématiques que connaissent la société civile et les associations dans l’accès à ces centres.

 

Aujourd’hui, les autorités ne peuvent plus dissimuler leurs intentions derrière “l’accélération des procédures” et un visage “humanitaire” pour justifier la construction du centre fédéral de renvoi du Grand-Saconnex. Si ce dernier venait à être construit, il deviendra sans nul doute une des pièces maîtresses d’une politique raciste qui broie les vies auxquelles la Suisse semble accorder de moins en moins de valeur. Le bureau d’architecture Berel Berel Kräutler a eu le culot d’appeler son projet “Philémon et Baucis” qui symbolisent l’hospitalité dans la mythologie grecque. Nous ne sommes pas dupes. Ce centre de renvoi ne doit jamais voir le jour.

Nous demandons l’interruption immédiate de la construction du centre fédéral de renvoi !

Associations et collectifs organisateurs:
Collectif de lutte des MNA, Solidarité Tattes, Coordination asile, solidaritéS, Stopexclusion, Tournoi antiraciste, Groupe Contre les Centres Fédéraux, 3Chêneaccueil, Asile LGBT, Collectif des Assises enfants et jeunes majeur.e.s non accompagné.e.s, Collectif genevois pour la Grève féministe, Collectif Radical d’Action Queer, CUAE, Droit de rester Lausanne, Grève du Climat Genève, Ligue Suisse des Droits de l’Homme Genève, le PS Genève, SIT, les Verts Genève, le Silure, Solidarité sans frontières, UNIA Genève, AMIC (Association des Médiatrices Culturelles), PdT

Avec le soutien de:
HabitantEs de la commune du Grand-Saconnex, CSP, AGORA, Collectif Sans Papiers, AJP, BLM Geneva, Collectif Afro-Swiss – CAS, Collectif Faites des Vagues, Droit de rester Neuchâtel, Outrage Collectif, Collectif Afroféministe Amani, Collectif 15 mai pour la justice sociale et climatique, Collectif 8 mars pour un féminisme révolutionnaire, Elisa-Asile, Jeunesse Socialiste Genevoise, Bla.sh

[1] La “détention administrative” est une pratique qui permet aux autorités d’enfermer une personne pendant qu’elles organisent son renvoi du territoire suisse. Sans la moindre condamnation pénale, la détention administrative peut durer jusqu’à 18 mois.

Violences au Centre Fédéral de Giffers: mesures de rétorsions, clinique psychiatrique et renvoi!

Non au centre de renvoi du Grand-Saconnex :

Sur ce terrain inapte à recevoir des humains, plantons plutôt des arbres !

Samedi 19 septembre, des personnes et collectifs, dont Solidarité Tattes, sont  allés sur le terrain où l’état voudrait construire un centre de renvoi. Nous y avons replanté un arbre et nous avons re-manifesté notre refus de ce projet ignoble.

Mesures de rétorsions,

clinique psychiatrique et renvoi ! 

Visite aux requérants qui ont dénoncé les violences

dans le Centre Fédéral d’Asile de Giffers

 

Mercredi 16 septembre, 3 membres du comité de Solidarité Tattes sont allé-e-s à Fribourg pour faire suite aux échanges avec les 4 requérants d’asile hébergés au Centre Fédéral d’Asile (CFA) de Giffers, à Fribourg. Requérants qui ont été assez courageux pour porter plainte contre les agents de sécurité de ce centre qui les ont violentés à divers moments et à divers degrés, suffisamment pour les envoyer à l’hôpital. Bref : ce sont ces 4 requérants qui ont levé le voile sur ce qui peut se passer dans ce CFA, à l’insu des citoyen-enne-s suisses dont certain-e-s pensent que cette nouveauté (la création des CFA) allait simplifier les démarches pour les requérant-e-s et pour les autorités.

 

Suite à la plainte déposée face à la justice par 4 requérants victimes d’agressions de la part des agents de sécurité, la vie dans le CFA ne s’est pas améliorée pour eux : les agents agresseurs sont restés en place encore plusieurs jours et semaines. Pour les 4 requérants, cela a signifié angoisse, stress, cauchemars et aussi humiliation. Deux d’entre eux ont été hospitalisés en clinique psychiatrique. De ces deux, l’un est sorti de la clinique et du CFA pour entrer en procédure nationale, enfin. C’est la seule bonne nouvelle que nous avons des 4 plaignants. Notre visite à Fribourg devait donc consister à voir les 3 requérants qui se trouvent encore dans le canton: l’un toujours en clinique psychiatrique, à qui nous avons rendu une visite de soutien, lui qui pense au suicide dès que le médecin lui parle de retourner au CFA ; et 2 autres, toujours hébergés au CFA.

 

De ces deux derniers, seul l’un d’eux est venu nous retrouver au buffet de la gare de Fribourg. Il nous a dit que les 2 agents agresseurs n’étaient plus au CFA de Giffers et que cela rendait la vie moins difficile. Mais aussi, il nous a donné un nombre d’exemples stupéfiant des règles à respecter dans ce centre et dont le but ne peut être que celui de tenir les requérant-e-s en respect, de leur rappeler qu’ils-elles n’ont aucun droit et qu’ils-elles doivent se taire, se faire oublier, disparaître. Par exemple :

 

  • Interdiction d’amener de la nourriture à l’intérieur du centre, ce qui pousse les requérants qui arrivent à s’acheter une friandise à la cacher dans les prés (!) et à la manger quand ils sont hors du centre !
  • Punition dès qu’on arrive 5 minutes en retard au repas ou à l’entrée du centre après une sortie dans les environs.
  • Fouilles corporelles à l’entrée et à la sortie du centre et fouilles fréquentes dans les chambres.
  • Pénalités infligées mais jamais notifiées par écrit. A la question : « Pourquoi avez-vous été puni dernièrement ? Pourquoi vous prélève-t-on fréquemment de l’argent sur les 21 fr par semaine auxquels vous avez droit, au point qu’il ne vous reste jamais rien ? », la réponse est : « Je ne sais pas !».

 

Car les « pénalités » ne sont jamais assorties d’un papier qui dise la raison de la punition, la date où elle a lieu et qui l’inflige. Centre Fédéral d’Asile ? On nous parle d’un lieu fermé où règne l’arbitraire.

 

Quant au second requérant plaignant toujours hébergé à au CFA de Giffers, il ne viendra pas à notre rencontre. Il n’a pas le droit de sortir du centre car il a ce jour-là un rendez-vous médical, puis il devra aller au SPOMI (l’office de la population fribourgeois). A notre retour à Genève, nous apprenons… qu’il a été arrêté et emmené à l’aéroport de Genève pour son renvoi en Allemagne ! Cette personne était NEM-Dublin-Allemagne et son délai se situait à la fin de l’année. Mais il a été renvoyé maintenant, alors que la procédure de sa plainte pénale est encore en cours. Nos démarches juridiques et politiques pour demander à M. Gattiker, directeur du SEM, de ne pas renvoyer cette personne alors que la procédure pénale n’est pas close, ont été totalement inutiles. Gattiker a été inflexible.

 

De notre côté, nous sommes bien décidé-e-s à ne pas lâcher les 4 plaignants qui ont eu le courage de dénoncer les violences dans le CFA de Giffers et à ne pas lâcher non plus la mise au grand jour du fonctionnement inacceptable de ces zones de non-droit.

 

Alors c’est simple et logique : si les CFA sont déjà pareillement iniques, le Centre de renvoi prévu pour Genève en bord de piste d’atterrissage pour rendre fous adultes, adolescents et enfants ne doit jamais voir le jour.

L’incendie du camp de Moria :

Mobilisons-nous pour une évacuation immédiate

« Ensemble, nous demandons aux dirigeants européens d’agir dès maintenant/ sans délais.  L’incendie du camp de Moria sur l’île grecque de Lesbos était une catastrophe prévisible. Le plus  grand camp de réfugiés d’Europe est parti en fumée, laissant plus de 12 000 personnes sans toit,  dans un contexte de pandémie. Les politiques migratoires européennes qui conduisent à enfermer  les personnes dans des conditions inhumaines sur les îles grecques doivent cesser. »  Plus d’informations et pétition en ligne ICI.

 

Contre l’expulsion de Tahir

Tahir Tilmo est détenu à Favra depuis ce lundi 7 septembre en vue de son expulsion dans son pays d’origine, l’Éthiopie. Ses amis font tout ce qui est en leur pouvoir pour empêcher son expulsion qu’ils jugent inacceptable. Pour plus d’information et pour signer la pétition c’est ICI.

Grève des femmes requérantes d’asile: lettre ouverte au Conseil d’Etat genevois

Le 14 juin venez nous rejoindre!

Action économie domestique et femmes migrantes

12h: à la place des Grottes (picnic)

17h: à la place du Cirque (défilé)

Lettre ouverte au Conseil d’Etat genevois

Mesdames les Conseillères d’Etat, Messieurs les Conseillers d’Etat

A l’occasion de la Grève des Femmes, nous prêtons notre voix aux femmes requérantes d’asile pour que vous preniez en compte les difficultés qu’elles rencontrent, que cela soit dans leur pays, sur la route de l’exil ou lors de l’accueil qui leur est réservé en Suisse. Continuer la lecture de Grève des femmes requérantes d’asile: lettre ouverte au Conseil d’Etat genevois

Intervention musclée et renvoi par vol spécial : séparation d’une famille de 4 enfants !

Le matin du 7 juin 2017, 4 fourgons et 20 policiers sont venus chercher la famille Hassani [1] au Centre EVAM de Leysin en vue de leur renvoi par vol spécial vers la Norvège, sur demande du Service de la Population du Canton de Vaud (SPOP). Seul le père et trois de ses enfants, fillettes de 3 ans, 11 et 13 ans se trouvaient au centre à ce moment là. La police a choisi de les embarquer quand bien même Mme Hassani et leur fils aîné de 17 ans étaient absents!

Continuer la lecture de Intervention musclée et renvoi par vol spécial : séparation d’une famille de 4 enfants !